31 mars 2018 : non aux expulsions des jeunes majeurs !

Nous sommes des mineurs isolés étrangers (aujourd’hui appelés Mineurs non accompagnés) : des jeunes étrangers arrivés sans notre famille en France. Après plusieurs semaines ou mois dehors, nous sommes parfois pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), placés dans des foyers ou des appartements, inscrits dans des écoles générales ou professionnelles, signons des contrats d’apprentissage, sommes suivis par des éducateurs. Aujourd’hui, à Lille et dans le Nord, c’est le dispositif Trajet qui nous prend en charge et nous place dans des foyers ou des appartements en autonomie dans plusieurs villes du Nord (Cassel, Villeneuve d’Ascq, Coudekerque, Armentières, Lomme, Tourcoing, Douai, Valenciennes…).

À nos 18 ans, nous nous retrouvons dehors et coupés de tout suivi socio-éducatif car l’ASE ne prend pas en charge les majeurs. Après avoir été hébergés, suivis, après avoir commencé des études ou un parcours professionnel, nous nous retrouvons sans aucune aide. Tout s’arrête pour nous, et surtout l’hébergement ! (…)

Suite du texte : tract expulsions jeunes majeurs31.03.18

Communiqué des mineurs et demandeurs d’asile guinéens à Lille

Nous, citoyens guinéens de l’étranger, en France, mineurs et demandeurs d’asile, nous avons pris connaissance d’une circulaire écrite par le ministère de l’Intérieur français et envoyée à la police aux frontières, aux préfectures et aux tribunaux de France. Cette note concerne l’authenticité de tous les documents administratifs venant de la Guinée-Conakry. (…)

Suite du communiqué : Communiqué-Guinée

Communiqués des jeunes de Cassel sur leur situation

Aujourd’hui, mercredi 7 février, une vingtaine des jeunes mineurs de Cassel (confirmés ou en évaluation) se sont rendus aux services sociaux du département du Nord pour revendiquer leurs droits. Ils ont été reçus par une responsable des renseignements territoriaux qui leur a promis de faire tout pour que leur situation change rapidement. A suivre…

Voilà les deux communiqués rédigés par les jeunes :

cassel fevrier 2017 communiqué 2

Communiqué Cassel_06.02.18

Communiqué 47

Le 24 octobre dernier, les personnes qui dormaient sous des tentes sur la friche Saint Sauveur ont été expulsées par la mairie et la préfecture. Malgré un plan de communication concocté par la préfecture et repris dans tous les médias régionaux affirmant une soi-disant «mise à l’abri pour l’hiver», une large majorité des anciens habitants de St Sauveur étaient de retour dans la rue seulement 3 jours après (quand pour certains ils ne l’ont jamais quittée!! voir le communiqué 46).

Suite du communiqué : Olieux-communiqué.47

Communiqué 45

Depuis plusieurs mois, nous, mineurs et demandeurs d’asile, dormions sur le camp Saint Sauveur. Ce mardi 24 octobre, nous avons été chassés par une escorte policière importante et un dispositif orchestré par la préfecture.

Suite du communiqué : Olieux-communiqué-45

Communiqué 44

 

À Lille, comme partout en France, les conditions d’accueil des exilé-e-s sont inexistantes. N’ayant que la rue comme solution d’hébergement, ils et elles se sont installé-e-s depuis plusieurs mois sur la friche de la gare Saint Sauveur. Ce mardi 04 octobre, nous avons pris connaissance de la décision du tribunal administratif de Lille. Il donne en effet raison à la plainte de la mairie envers les habitant-es de la friche Saint Sauveur pour occupation illégale de son patrimoine foncier. Ces dernier-es ont en effet 8 jours à compter de cette date pour partir. Ce jugement est sans précédent à Lille.
Rappelons que les dernières affaires judiciaires (parc des Olieux) imposaient au moins un plan de mise à l’abri, si dérisoire soit-il, à la préfecture et au département, comme l’impose la loi.

Suite du communiqué : communiqué_44_bis-1