11 et 12 janvier 2020 : WE de solidarité aux luttes des exilé.e.s

Nous, différents collectifs et individus, t’invitons à un week-end de soutien aux expulsé.es et inculpé.es du 5 étoiles les 11 et 12 janvier 2020 à Lille.

La journée commencera à 15h au parc des Olieux par une DÉAMBULATION en fanfare dans le quartier de Moulins pour arriver à 16h30-17h devant l’ancien squat 5* où un goûter/pizza/open mic’ nous attendra. Il y aura des tables de presse et des prises de parole.
Le soir, à partir de 20h30, le CCL nous accueillera pour des concerts avec Mirles et Krondstadt ; des dj set et open mic’ avec DJ Dirty Berlin et DJ Hope.

Le dimanche, on t’invite à une FRITES PARTY à 13h12, ainsi qu’à la réunion hebdomadaire du collectif des Olieux, au 32 rue d’Arras.

Ce week-end est organisé en réponse à ce qu’il s’est passé le 04 juin dernier à Lille :

Sur ordre du préfet du Nord, quelques 200 CRS ont violemment expulsé des personnes qui occupaient un ensemble de bureaux et hangars, surnommé ironiquement le 5 étoiles. Cet espace était squatté par environ 250 personnes en grande majorité exilées. Tous et toutes sont arrivé.es là car le Département et l’État refusent de leur donner un hébergement durable et décent. Ces institutions profitaient sans scrupule de ce lieu ouvert pour y envoyer les personnes exilées qui se présentaient dans leurs services.

Particulièrement brutale, cette expulsion s’est soldée par la rafle et la déportation de 178 habitant.es. Une cinquantaine d’exilé.es ont été enfermé.es en centres de rétention administratifs (CRA) et les autres ont été réparti.es aux quatre coins de la région, dans des lieux pourris qu’ils nomment « foyers ». Isolé.es, éloigné.es de leurs ami.es, de leurs soutiens. Loin aussi des lieux où ils avaient l’habitude de s’organiser et défendre leurs droits.

Lors de l’intervention policière, 16 soutiens ont été placé.es en garde à vue. Le procès initialement prévu à Lille le 16 janvier 2020, sera probablement reporté à une date ultérieure. Nous sommes conscient.es qu’à travers les expulsions et les procès comme ceux-ci, ce sont aussi nos solidarités et nos luttes qui sont visées. Nous ne nous laisserons pas intimider. Nous continuerons à dénoncer et à refuser ces pratiques de contrôles administratifs et policiers qui visent à précariser, exploiter, violenter, enfermer et expulser. Car les personnes exilées expulsées du 5 étoiles n’ont pas disparues, elles sont toujours là mais à la rue,et d’autres demandeurs.ses d’asile, adultes,mineur.es isolé.es, familles, continuent d’arriver et n’ont pas d’hébergement !

Hébergement pour toutes et tous !

Squat Partout !!

Partout chez nous !!!

Communiqué 68 : Mobilisation contre la réforme de l’ADA

Nous, les demandeurs d’asile de Lille et de France, manifestons pour nos droits et disons non à l’injustice. Nous sommes contre la décision de l’OFII concernant la carte ADA .

La suite du communiqué ici : https://olieux.herbesfolles.org/wp-content/uploads/2019/10/Communiqué-68-Mobilisation-Réforme-de-lADA.pdf

POUR NOUS MOBILISER, NOUS SOUTENIR
MARCHONS ENSEMBLE POUR EXIGER NOS DROITS
RDV LE 4 NOVEMBRE A 13H PLACE RIHOUR !!!

Communiqué 66 : Le parc JB Lebas : Nouvelle zone de contrôle et de chasse aux sans papiers

Mardi 24 septembre, sous une pluie intense, le parc aux grilles rouges est presque vide hormis nous, exilé.es sans domicile qui avons l’habitude de laisser passer la journée là entre nous, d’où le choix de la rafle. Vers 15h, des camionnettes de police s’arrêtent devant les différentes entrées du parc et des policiers se postent devant afin d’encercler totalement les lieux. Chaque personne voulant entrer ou sortir du parc doit se soumettre à un contrôle policier : ouverture des sacs et présentation d’un papier d’identité.

Lire la suite ici : https://olieux.herbesfolles.org/wp-content/uploads/2019/10/Olieux-communique-66.pdf

Émissions de radio sur l’expulsion du squat « 5 étoiles »

Sur Radio Campus, dans l’émission « Les poings sur les i » :

Dans cette émission du 10 juin 2019, nous revenons sur l’expulsion du squat dit « le 5 étoiles » qui a eu lieu mardi 4 juin à partir de 6h du matin à Lille par 400 CRS, la rafle et la dispersion qui ont suivie. Dans les studios, 3 personnes qui étaient sur les lieux, dont 2 qui ont été placées 36h en garde-à-vue, racontent. Et surtout, échange téléphonique avec Soufiane, envoyé contre son grè dans un foyer à Beauvais, et Laye Camara, enfermé en centre de rétention, nous parlent de la manière dont ils ont vécu expulsion et déportation ainsi que de leurs quotidiens depuis le 4 juin. Christophe rappelle quant à lui les paroles du pasteur Niemöller.

Le lien ici : https://campuslille.com/index.php/entry/expulsion-rafle-enfermement-et-dispersion-des-exile-es-a-lille-1

Sur Radio PFM, deux témoignages :

Le lien ici : https://www.radiopfm.com/reportages-chroniques/reportages-entretiens/article/5-etoiles?fbclid=IwAR2qDhZl6baF6bh7Ya6kuuRG-cSwS3dQhVSrilMI_gofhYgRrv95tRlaP94

Communiqué 64 : Conséquences d’une expulsion illégitime

Deux jours après l’expulsion brutale du squat du 5 étoiles, nous tentons de faire le point sur la situation des personnes présentes sur les lieux mardi matin. Les habitant.es du lieu ont été dispersé.es dans tout le nord de la France selon leur situation administrative et se retrouvent, de force, éparpillé.es dans 8 lieux différents. Les « solutions » imposées sont provisoires : entre quelques jours et 2 mois d’hébergement avant le retour à la rue. Pour la plupart, les habitante.s du squat ont été amenée.s dans des Centres de Rétention Administrative (CRA), à leur insu.

Suite du communiqué : Olieux communiqué 64

Communiqué 63 : Une expulsion pour fêter l’Aïd

Le 5 étoiles était un lieu occupé depuis novembre 2017 par des personnes exilées, majeures et mineures ainsi que des personnes sans abri. Depuis plusieurs mois, une procédure est en cours pour exiger qu’il n’y ait pas d’expulsion sans réelle solution d’hébergement. Alors que la décision du tribunal devait être rendue ce jeudi 6 juin, le préfet, sous l’éternel prétexte de « mise à l’abri », en a ordonné l’expulsion deux jours avant.

La suite du communiqué : Communiqué_Olieux_4 juin